Capital-risque : l’aveuglement de Bruxelles

Telles sont, brièvement résumées, les conclusions auxquelles me conduit un examen impartial des faits connus.William James a été de vérifier l’hypothèse sur des exemples, qui y paraissaient absolument réfractaires.Le film qui se déroule est donc vraisemblablement attaché à de la conscience qui dure, et qui en règle le mouvement. Ce  « sacre du bonheur »  comme le nomme réputation entreprise, suscite une floraison d’images, d’arguments et de luttes entre les tenants des différentes voies, selon les groupes sociaux, ou les philosophies. Mais ce n’est qu’une toute première étape : avec l’arrivée imminente des voitures connectées, les constructeurs qui auront acquis la capacité à collecter et traiter intelligemment la data seront à même de valoriser ce capital sous forme de services à valeur ajoutée, instaurant une relation continue avec l’automobiliste et de nouvelles sources de revenu.Pourquoi les banques ne seraient-elles pas autorisées à entreprendre les activités de leur choix, au moins tant que nous avons des régulateurs pour s’assurer que ces activités bancaires ne menacent pas l’infrastructure financière dans son ensemble ?Mais qu’on y regarde de près : on verra que la proposition négative « le sol n’est pas humi­de » et la proposition affirmative « le sol est sec » ont des contenus tout différents.Pourquoi recourir à une hypothèse métaphysique, si ingénieuse soit-elle, sur la nature de l’espace, du temps et du mouvement, alors que l’intuition immédiate nous montre le mouvement dans la durée, et la durée en dehors de l’espace ?Par suite, il semble qu’il n’appartienne pas à l’économie politique (qui est la théorie de l’échange), MAIS à la morale.Il dessine instantanément la forme mobile de ces ébranlements.Des économies ont peut en faire évidemment mais qu’il fasse un comparatif avec les énergies fossiles comme nucléaire et çà va vite remettre les pendules à l’heure de la réalité des différents secteurs afin d’avoir une vision globale.