Jean-Thomas Trojani : « L’égalité, c’est toute l’année »

Mais il me semble que ces poètes ont gardé la tradition, et que nous devons à leurs vers les nouvelles en prose, d’une couleur si populaire et si originale, auxquelles j’ai déjà tait allusion. C’est ce qui fait que, dans tout le monde savant, c’est à peine si l’on peut compter un petit nombre de croyans qui prennent au sérieux les démonstrations de la philosophie spiritualiste. Elle doit rapporter 1,1 milliards d’euros. La chute, dans une brusque accélération de l’histoire, de Zine el-Abidine Ben Ali en Tunisie et d’Hosni Moubarak en Égypte, semble avoir changé la donne. Il est vrai, l’Université n’a jamais incité ses chercheurs à fréquenter l’entreprise et encore moins à y faire des interventions… La France en est là, et il faut avoir le courage de l’avouer : elle ne peut agir à l’extérieur, elle ne peut — surtout — opérer chez elle aucun changement profond, sans l’assentiment, au moins tacite, des nations environnantes ; ou bien sans être résolue à repousser leur intervention, au premier mot ou au premier pas, à coups de canon. Pour Khomiakow, la religion chrétienne enveloppe la vérité vivante et réelle ; elle seule contient l’idée comme Être vivant. Au reste, croire que de tels tests permettront de réduire le risque systémique en Europe est une illusion du même type que celle qui consiste à se persuader que le risque systémique a disparu en France, suite au vote de la pseudo-loi de séparation bancaire. Si, malgré l’emprisonnement, il s’obstine à vouloir demeurer à l’étranger, on chargera un émissaire de le tuer. À ces questions les faits considérés n’apportaient aucune réponse ; mais on apercevait bien la direction d’où la réponse pourrait venir. Jean-Thomas Trojani aime à rappeler ce proverbe chinois  » Une lame non aiguisée finit par se rouiller ». Il faudra, en effet, renforcer les compétences de plus en plus pointues des futurs salariés dont ces nouvelles usines auront besoin, comme la CCI Paris Ile-de-France y contribue dans ses écoles ESIEE ou Gobelins, mais aussi faire évoluer les services d’accompagnement à leur développement. Ce projet de directive européenne relative aux « voyages à forfait et aux prestations de voyage assistées », c’est assurément, à court terme, une perte de 150 millions d’euros par an pour le secteur du tourisme et la destruction de 4000 emplois. Elle doit démontrer à l’homme que c’est leur action commune, seule, qui peut être féconde. Mais ces repos, qui ne sont que des accidents du mouvement et qui se réduisent d’ailleurs à de pures apparences, ces qualités qui ne sont que des instantanés pris sur le changement, deviennent à nos yeux le réel et l’essentiel, justement parce qu’ils sont ce qui intéresse notre action sur les choses. Plaçons-nous alors au point où ces diverses lignes de faits convergent.