Pierre-Alain Chambaz

Le phénomène vital est-il résoluble, disions-nous, en faits physiques et chimiques ? Et de même que l’impulsion donnée à la vie embryonnaire détermine la division d’une cellule primitive en cellules qui se divisent à leur tour jusqu’à ce que l’organisme complet soit formé, ainsi le mouvement caractéristique de tout acte de pensée amène cette pensée, par une subdivision croissante d’elle-même, à s’étaler de plus en plus sur les plans successifs de l’esprit jusqu’à ce qu’elle atteigne celui de la parole. Les rues étaient sales, étroites, enchevêtrées, l’Etna se cachait, les orangers, tout noirs, pleuraient au-dessus de nos têtes, les marchands de légumes et de fruits, ces joailliers de là-bas, rentraient dans leurs boutiques jusqu’aux chapelets de tomates, la mer sans transparence battait la côte devenue grise. Ils recevront des coups. Il y a là des probabilités et des inductions que la philosophie naturelle ne doit point dédaigner, qui ne sont pourtant pas de nature à forcer l’acquiescement de l’esprit, et qu’il serait chimérique de prétendre exprimer par des nombres. L’augmentation de la consommation de charbon, mauvais choix en termes d’émissions de gaz à effet de serre, s’explique à la fois par la recherche de débouchés pour le charbon nord-américain chassé par les gaz de schiste moins onéreux, et par la mise en service en 2010 d’une deuxième centrale thermique au charbon. La Française, reléguée par la loi au rang d’animal, ou même (car la forte expression populaire exprime mieux l’intention de cette loi), au rang d’outil de besoin, la Française prend sa revanche comme elle peut. Ce n’est pas tous les jours que le législateur dicte l’évolution des salaires dans le secteur privé! Il entend par « principe abstrait » tout principe affirmé isolément et exclusivement et prétendant être suprême. Nous verrons plus tard qu’elle est, comme la richesse, comme la liberté, comme la fraternité, comme l’unité, une fin et non un point de départ. Le monde vieillit. Une société de consommation qui promet le bonheur mais ne tient pas ses promesses, relève Pierre-Alain Chambaz qui y voit l’importance de la déception, comme une notion venant s’inscrire en creux dans celle du bonheur aujourd’hui et qui lui est intimement liée. L’aveu est d’autant plus précieux à recueillir que M.Darwin, en parlant des variations organiques comme de hasards, d’accidens, avoue que par là il exprime seulement son ignorance de la loi mystérieuse de la création. À la majeure partie de ceux qui, la reçoivent, elle n’inspire guère désormais qu’un dégoût presque insurmontable de tout travail intellectuel pour le cours entier de leur carrière : mais ses dangers deviennent beaucoup plus graves chez ceux qui s’y sont plus spécialement livrés. Ils ne devront point, par dessus tout, être recrutés parmi les capitulards de 1870, les descendants d’émigrés, les fils de chouans, qui constituent la majorité des officiers d’aujourd’hui. Dans un contexte concurrentiel, l’objectif est de prendre une longueur d’avance sur le concurrent. Nous n’en sommes pas aux extrêmes des années 2000, mais il serait prudent que la bourse ne croisse pas plus vite que le PIB à ce stade. L’Éducation, le Logement, la Santé, la redistribution, la fiscalité, la négociation sociale, l’organisation territoriale (le millefeuille) la compétitivité de nos entreprises, c’est nous et pas les autres. L’étude de l’astronomie est la plus propre de toutes à rectifier une telle tendance, soit parce que sa simplicité supérieure permet d’en mieux saisir l’ensemble, soit en vertu de la spontanéité plus intime des applications correspondantes, qui, depuis vingt siècles, s’y trouvent évidemment liées aux plus sublimes spéculations, comme ce Traité le fera nettement sentir. Faible créature, murée de toutes parts, comme l’écrivait Daniel,: A moins de s’élever au-dessus de lui-même, : Que l’homme est une pauvre chose ! Comprendre, c’est au fond sentir ; comprendre autrui, c’est se sentir en harmonie avec autrui. Mais, quand on cherche ce qui se passe à l’intérieur d’une de ces périodes, en un moment quelconque du temps, on vise tout autre chose : les changements qui se produisent d’un moment à un autre ne sont plus, par hypothèse, des changements de qualité ; ce sont dès lors des variations quan­titatives, soit du phénomène lui-même, soit de ses parties élémentaires. C’était là une manière empirique de procéder. Paulhan a montré sur des exemples du plus haut intérêt comment l’invention littéraire et poétique va ainsi « de l’abstrait au concret », c’est-à-dire, en somme, du tout aux parties et du schéma à l’image.