Pierre-Alain Chambaz

Plus de salaires dans les secteurs à productivité nulle : la dégradation relative de nos coûts unitaires dans les services est inéluctable. Chacun de nos actes vise une certaine insertion de notre volonté dans la réalité. Aujourd’hui à la croisée des chemins, le gouvernement d’Alexis Tsipras doit trouver une voie acceptable pour tous pour enfin résoudre le problème de la dette. « Face à la crise des États périphériques, la Banque centrale européenne (BCE) ne fait d’ailleurs pas autre chose : elle achète pour 76 milliards de dettes grecque, irlandaise et portugaise, soit déjà 20 % de leurs dettes à leur valeur de marché, selon RBS. Pourquoi les prolétaires n’iraient-ils pas se faire se tuer, puisqu’ils s’obstinent à ne pas vouloir vivre ? L’accélération de la mondialisation, l’entrée de la Chine dans l’OMC, sa croissance spectaculaire, et la montée des autres émergents fait exploser la demande. La défense européenne est dans une impasse : les Etats européens préfèrent voir leurs défenses nationales s’amenuiser jusqu’à disparaître plutôt que de s’unir. Le principal intérêt de la philosophie de Lossky est dans sa critique de la distinction du sujet et de l’objet et sa démonstration qu’il n’y a ni opposition ni frontière infranchissable entre eux. C’est par exemple le cas du financement de l’accès au foncier et de l’installation des jeunes agriculteurs qui se heurtent pour le moment à un manque d’ingénierie financière. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois  » De même qu’une cloche ne tinte pas sans être ébranlée, de même l’homme n’est pas vertueux sans exhortations ». Les nouvelles technologies de la santé vont connaître un développement exponentiel dans les années qui viennent, ce qui allongera notre durée de vie d’une façon spectaculaire. Tantôt l’auteur, avec un infatigable esprit d’investigation, cherchant un dernier mot qu’il ne trouve jamais, nous dit que dans toutes les doctrines il y a un « résidu, » un « je ne sais quoi, » et que ce résidu, c’est la liberté même, qui n’est « ni déterminée, ni indéterminée, mais déterminante, » plaçant ainsi la puissance et la volonté au-dessous de tout ; tantôt au contraire, craignant avec raison le vague et l’obscurité d’une telle pensée, il ramène la liberté à l’amour, à la bonté, au sacrifice, au désintéressement, que sais-je ? Je com­prends fort bien ce commencement de reconnaissance automatique qui consis­terait, comme on l’a vu plus haut, à souligner les principales articulations de cette phrase, à en adopter ainsi le mouvement. Cela s’explique par une évolution ralentie de l’équipement des ménages, mais aussi par des économies d’énergies. Cela démontre combien il était inutile de chasser ces marchands ; il ne fallait point les forcer à quitter le temple, mais faire écrouler le temple sur leurs têtes. Mais le système nerveux peut-il se concevoir vivant sans l’organisme qui le nourrit, sans l’atmosphère où l’organisme respire, sans la terre que cette atmosphère baigne, sans le soleil autour duquel la terre gravite ? Par succès il faut entendre, quand il s’agit de l’être vivant, une aptitude à se développer dans les milieux les plus divers, à travers la plus grande variété possible d’obstacles, de manière à couvrir la plus vaste étendue possible de terre. Nous avons trop concentré nos efforts sur la mise en place d’outils tels que les battle groups, qui ne servent à rien, sinon à dire que « l’on fait quelque chose ». Voilà la théorie du calvinisme, et beaucoup de personnes qui ne se regardent pas comme calvinistes, la professent sous une autre forme plus modérée ; l’adoucissement consiste à donner une interprétation moins ascétique à la volonté supposée du Très-Haut. Si les Grecs n ‘étaient pas membres de l’euro, une dévaluation de la Drachme de 25% aurait fait l’affaire pour retrouver de la compétitivité. Nous sentons bien, il est vrai, que si les choses ne durent pas comme nous, il doit néanmoins y avoir en elles quelque incompréhensible raison qui fasse que les phénomènes paraissent se succéder, et non pas se déployer tous à la fois.