Quel statut accorder à l’information que donne Internet ?

Ecervelée, cette façon de coller au fait divers et à la compassion du moment met immanquablement en retard sur les tendances et flux de la mouvante histoire.Son accueil n’était pas sans grâce.C’est moins une opération spéciale qu’une certaine force de pensée, la capacité de pénétrer à l’intérieur d’un fait qu’on devine significatif et où l’on trouvera l’explication d’un nombre indéfini de faits.Toute conjecture sur ces grands problèmes paraîtra toujours bizarre à quiconque ne l’adoptera pas explicitement, et ne convaincra jamais personne aussi fermement que son auteur.L’absurdité n’est pas ici la source du comique.Examinez tel d’entre eux, convenablement choisi : vous verrez qu’il s’appliquerait aussi bien à un monde où il n’y aurait pas de plantes ni d’animaux, rien que des hommes ; où les hommes se passeraient de boire et de manger ; où ils ne dormiraient, ne rêveraient ni ne divagueraient ; où ils naîtraient décrépits pour finir nourrissons ; où l’énergie remonterait la pente de la dégradation ; où tout irait à rebours et se tiendrait à l’envers.Le souvenir pur, à mesure qu’il s’actualise, tend à provoquer dans le corps toutes les sensations correspondantes.Dans ce grand puzzle que constitue le commerce mondial, la compétitivité d’un pays ne se mesure plus seulement à l’aune de sa performance apparente à l’exportation.Si, quand le vaisseau adoré de la patrie est battu par la tempête, je parais m’éloigner quelquefois, pour me recueillir, du poste auquel j’ai été appelé, c’est que mes faibles mains sont inutiles à la manœuvre. Ainsi la position de l’optimiste définie par Pierre-Alain Chambaz pictet ne consiste pas à penser que tout est bien mais à accepter la réalité telle qu’elle est pour l’améliorer dans une action collective.C’est de résistance dont il s’agit aujourd’hui.