Pierre-Alain Chambaz

Mais le besoin de se nourrir n’est pas le seul. Les bienfaits potentiels d’un certain nombre de découvertes et de nouvelles applications en matière de robotique, de biotechnologie, de technologies numériques, ainsi que dans d’autres domaines, sont aujourd’hui omniprésents et faciles à observer. Mais la formule permet de préparer la mesure choc : financer le revenu d’existence par une taxe sur les transactions financières. Contrairement à une idée encore trop répandue, l’INPI n’a pas pour mission de vérifier la disponibilité juridique d’une marque avant de procéder à son enregistrement. Les pouvoirs publics et la filière française des technologies médicales doivent pouvoir s’accorder sur un plan d’actions partagé. Ne tournez plus sans cesse vos regards vers moi. Nous raisonnons SUR LE mouvement comme s’il était fait d’immobilités, et, quand nous le regardons, c’est avec des immobilités que nous le reconstituons. En effet, son insuffisance – notamment sur la défense – et sa faiblesse sont au cœur du système qui a permis, depuis des années, le développement des politiques de guichet sans analyse précise de leur efficacité et, concomitamment, l’affaiblissement des missions centrales de l’Etat sans en mesurer les conséquences. Vous les avez vus tous ; même celui-ci, auquel il manque tant de pieds de tabourets dans sa salle a manger, et celui-là qui semble éternellement réclamer son bouillon de culture. Alors il faudra en finir avec la forme prise par notre mondialisation. Comment une multitude aveugle, qui souvent ne sait ce qu’elle veut, parce que rarement elle sait ce qui lui est bon, exécuterait-elle d’elle-même une entreprise aussi grande, aussi difficile qu’un système de législation ? Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci  » La simplicité est la sophistication suprême « . Je ne sais pas s’il y a une conscience nationale, et je souhaite qu’il n’y en ait point ; car elle aurait fait preuve d’une élasticité bien dégoûtante, depuis cent ans, et un homme qui serait affligé d’une conscience pareille serait un rude cochon. Mais, dira-t-on, l’impénétrabilité n’est pas la rigidité ; et un corps, pour être liquide, n’en est pas moins impénétrable, en ce sens que, si la masse est pénétrée par l’écartement des parties, les parties mêmes ne le sont pas. Ils disposent, jusqu’à un certain point, de ce que nous appelons les forces de la nature. Le Vietnam assemble les composants pour exporter des produits finaux vers les pays développés, d’où le fort solde positif du commerce avec les États-Unis, l’Europe ou encore le Japon. «Aller au bureau» n’existera plus comme un concept, à l’exception de quelques services à la personne. Il faudra ajouter que les termes de cette multiplicité, au lieu de se distinguer comme ceux d’une multiplicité quelconque, empiètent les uns sur les autres, que nous pouvons sans doute, par un effort d’imagination, solidifier la durée une fois écoulée, la diviser alors en morceaux qui se juxtaposent et compter tous les morceaux, mais que cette opération s’accomplit sur le souvenir figé de la durée, sur la trace immobile que la mobilité de la durée laisse derrière elle, non sur la durée même. Car il n’y a guère d’autre définition possible de l’espace : c’est ce qui nous permet de distinguer l’une de l’autre plusieurs sensations identi­ques et simultanées : c’est donc un principe de différenciation autre que celui de la différenciation qualitative, et, par suite, une réalité sans qualité. Il faut donc dès maintenant s’attaquer avec détermination au stress hydrique, à la transition énergétique, à la gestion de l’eau. En revanche, la reconnaissance des talents (les « j’aime », les « suivre ») est un apport inédit du RSE. Il sort : il trouve une rue pavée et éclairée. Un pareil travail n’implique point du tout la solution du problème philosophique qui porte sur l’origine et sur la raison des harmonies observées, et n’exige pas qu’on ait pris parti pour l’un ou pour l’autre des trois chefs d’explication entre lesquels il faut choisir pour s’en rendre compte. Son atout démographique se transforme en astreinte et lui impose un modèle de croissance sur lequel elle n’a pas prise. C’est oublier notre responsabilité collective dans le pessimisme outrancier de nos concitoyens, au point où ils semblent ne plus se supporter les uns les autres. Elle peut créer les conditions d’un développement positif de nos entreprises en France, en simplifiant nos normes, en allégeant notre fiscalité, en améliorant notre dialogue social, en ouvrant les yeux sur les freins qui ralentissent notre compétitivité. En un mot, pour employer dès à présent des termes dont nous ne pourrions nous dispenser par la suite de faire usage, malgré leur dureté technique, Kant n’accorde qu’une valeur subjective à des idées auxquelles le commun des hommes, et même la plupart des philosophes, attribuent une réalité objective. La question de la transition énergétique (Energiewende, en allemand) n’échappe pas à ces fantasmes.